Menu

Citations

Babelfish

Babelfish :
EnglishEnglishespañolItalianodeutschPortuguês
Oversæt denne side til danskÖversätt webbplatsen på svenskaالعربية中文Русский日本語한국어СрпскиNederlandsSuomenTürkçePolska
Follow Me on Pinterest
clear

vendredi 9 mars 2012

2 [Cinéma] La dame de fer - la critique

[Cinéma] La dame de fer - la critiqueA cup of tea ?

Margaret Thatcher, ancien Premier ministre Britannique très controversé, est désormais à la retraite dans sa maison Londonienne. Qui est-elle, quels sont ses réseaux, à qui profite ce business ?









Comme souvent dans les biopics, La dame de fer commence par montrer son héroïne vieille, sénile, et à moitié folle, pour ensuite nous montrer sa vie sous forme de souvenirs. C'est du déjà vu et ça rappelle furieusement le moyen J. Edgar, pas une référence. En voulant faire original est raconter une vie de manière non-chronologique, Phyllida Lloyd a fait du grand classique. C'est dommage car on assiste toujours à la même chose, la même façon de raconter, la même prise de recul. La dame de fer n'est pas un film historique, une biographie de Margaret Thatcher, il s'attarde plutôt sur la femme, sur sa personnalité. Une approche donc un peu plus fine, qui n'essaie pas de juger la femme politique très controversée, mais de la montrer sous un autre jour.

[Cinéma] La dame de fer - la critique

Voilà, ça c'est dans l'idéal ce qu'on aurait aimé avoir, enfin ce que l'on s'attendait à avoir. Car le problème c'est qu'une bonne moitié du film s'attarde sur une Thatcher vieille discutant avec son défunt mari. Sans aller jusqu'à dire que c'est chiant, c'est simplement long et un peu répétitif. Ces scènes sont tellement importantes qu'on se demande si ce n'est pas un film sur la vieillesse ou la sénilité. Excusez-moi, mais si les maisons de retraite existent c'est pour ne pas avoir à supporter les petits vieux à longueur de temps. Pas la peine de nous en resservir en plus au ciné. Bon cette phrase est peut-être un peu méchante pour eux, les pauvres ils sont gentils. En même temps il y a bien cette petite vieille dans mon immeuble à qui je dis bonjour à chaque fois que je la croise, et qui ne me répond jamais à part par un regard plein de méfiance et de mépris. Mais là je m'égare je crois.

Ce documentaire sur la vie des personnes âgées dans leur milieu naturel s'estompe un peu dans la deuxième partie du film, où Phyllida Lloyd fait la part belle à la Thatcher Premier ministre. On voit la montée en puissance de la dame, ses prises de positions difficiles, et surtout sa façon de voir le monde, son caractère. C'est plutôt bien amené et agrémenté d'images d'archives, même si l'incrustation de ces dernières est parfois grossière, surtout lors des raccords entre la vraie Thatcher et la fausse (Meryl Streep), mais ce sont des détails.

Tout cela est donc bien sympathique, mais globalement ça ne vole pas très haut. La prestation tant louée de Meryl Streep est pour moi quelconque. Elle fait son numéro habituel de gros yeux et de tête penchée pour avoir l'air sérieuse. C'est moyen, d'autant que les seconds rôles n'ont pas tellement de place.

[Cinéma] La dame de fer - la critique

La dame de fer raconte de belle manière la vie politique de Margaret Thatcher, mais on se perd dans une description sans intérêt de sa vieillesse. Le film ne décolle vraiment jamais et la cause en est peut-être sa forme en elle-même : un biopic basé sur les souvenirs d'une vieille femme, où chaque moment est ramené à sa vision à elle. Un film qui ne marquera pas les esprits.


=""/
5/10


Pour avoir un autre avis

2 commentaire:

wildgunslinger a dit…

Du coup, tu as été indulgent avec ta note de 5/10! Même si j'aime beaucoup Meryl, je ne crois pas que je verrai ce film...

jmulans a dit…

ça m'embêtais de mettre en dessous de la moyenne parce que dans le fond ce n'est pas un mauvais film, mais ça ne mérite pas plus.